Samedi 19 juillet 2014 6 19 /07 /Juil /2014 00:58

 

 

Jasmine Sharzhad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U N E    P E T I T E    P O I G N E E

 

 

 

 

 

 

 

 

D' A M A N D E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 مشت کوچک بادام

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

malek-miroir-laque-s.jpg

 

                                                                            Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis,

 

 à l'angle de l'Avenue du Dr Fâtemi...

 

 

 

 

 

Mais je n'en suis plus trop sûre..

 

 

 

La journée avait été chaude,

 

le quartier était presque désert,

 

à cette heure égarée,

 

presque volée...

 

 

 

Le dernier bus vieux jaune

 

venait de s'éloigner,

 

en cahotant, sans un klaxon...

 

 

 

Elle avait maintenant le soleil

 

en plein dans les yeux...

 

 

 

Contre son dos frémissant,

 

un mur de briques rouges,

 

usé, très doux, presque brûlant...

 

 

Presque aveuglée.

 

 

 

Il s'est approchée d'elle

 

doucement...

 

 

 

Jusqu'à ce que ses épaules touchent ses épaules.

 

Et puis son ventre aussi,

 

je crois...

 

 

 

Délicatement.

 

 

 

Des parfums d'ailleurs,

 

des fleurs d'orangers,

 

le pays des citronniers de son enfance...

 

 

 

Shiraz.

 

 

 

Elle a fermé les yeux,

 

vous comprenez,

 

le soleil l'aveuglait...

 

 

 

La brique était encore chaude.

 

 

 

Elle serrait sans sa main, nerveusement,

 

une petite poignée d'amandes

 

de Jarhom...

 

 

 

Son ventre frémissait déjà.

 

Elle n'y pouvait rien.


 

 

Conquêtes mongholes et déroutes afghanes...


 

 

Sa main vint délicatement se poser

 

sur sa hanche bleue, à elle,

 

comme un oiseau,

 

  très purdans l'azur...

 

 

 

Fleurs de pavot dans l'éther...

 

 

 

Ses doigts si légers, à lui,

 

vinrent bientôt dessiner

 

de folles arabesques sur l'étoffe pâle

 

de ce coton, 

 

pâli à force d'hésitations...

 

 

 

 

Soudain,

 

bien malgré elle,

 

elle a senti son foulard frémir...


 

Mais il tint bon.

 

  L'honneur serait sauf...

 

 

 

Souvenirs évanescents de Shiraz,

 

peut-être le Palais Qâvam,

 

une nuit d'avril...

 

 

 

Plus rien n'avait d'importance,

 

semblait-t-il, désormais....

 

 

 

Son dos bien calé

 

contre le mur encore chaud...

 

 

 

Les briques rouges usées, 

 

  si usées, si rassurantes...

 

 

 

 

A cet instant précieux,

 

sa main était déjà partie en voyage.

 

 

 

Résolument.

 

 

 

Vers des contrées plus soyeuses,

 

plus rieuses, plus sauvages,

 

davantage vers le sud...

 

 

 

Des contrées de soie et d'agrumes,

 

des contrées un peu oubliées,

 

comme, jadis,

 

certaines oasis incertaines,

 

ou bien interdites...

 

 

 

Une itinérance quasi vagabonde,

 

 audacieuse,

 

et qui dura longtemps,

 

semble-t-il...

 

 

 

 

C'est du moins ce que murmurèrent,

 

secrètement,

 

les premières étoiles...

 

 

 

 

Le vieux bus n'était plus qu'un souvenir.

 

 

 

La journée avait été très chaude

 

pour la saison...

 

 

 

Sa main bénie erra longtemps

 

dans le silence des rues

 

maintenant complètement désertées...

 

 

 

Les prunelles étonnées d'un très beau chat,

 

 furtif, sur un toit, tout proche...


 

Son regard persan,

 

  énigmatique...

 

 

 

 

Froissée,

 

l'étoffe de coton pâle

 

n'en finissait pas d'obéir,

 

sans broncher,

 

comme les herbes folles au courant,

 

sur les rivages mouillés,

 

  à l'orée de Tabriz...

 

 

 

Le pays secret de son ventre,

 

sa main douce, l'étoffe intimidée,

 

le silence des rues, sa respiration plus forte,

 

et puis,

 

il fallait s'y attendre,

 

un murmure assoiffé, jusqu'à un cri.

 

 

 

Un cri silencieux.


 

Le plus silencieux des cris de la terre.

 

 

 

Petites amandes,

 

tombées, un soir, de sa main,

 

une à une, sur le trottoir,

 

 dans la poussière rouge et dans le noir...

 

 

 

Sa jambe fine.


 

 

Petites perles de rosée

 

  sur les rives de

 

  l'éternité...

 

 

 

 

Les étoiles,

 

complices,

 

Andromède et la Pléïade,

 

 à trois cents années-lumière...


 

 

***

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis...

 

 

 

 

 Dans ma mémoire,

 

une fraction de seconde...

 


 

 

Mais parfois, c'est vrai,

 

 mes souvenirs m'égarent...

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'image :   Miroir laqué    Clic !

               Musée Malek

                 Téhéran

 

                 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Tranches de ma vie - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 18 juillet 2014 5 18 /07 /Juil /2014 14:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F E M M E    D U N E

 

 

 

 

 

 

 

      زن کویر

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

femme-dune-s.jpg

 

                                                                                                        Août 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femme dune

 

Femme oasis

 

   Femme fontaine...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

زن کویر

 

زن شنزار

 

زن حوضی

 

 

 

 

 

 

 

En fârsi


grâce à Beh Noush

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Babel - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 16 juillet 2014 3 16 /07 /Juil /2014 21:40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    C H A N S O N    D E    L' E T E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chanson-ete-s.jpg

 

                                                                                             Juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fauvettes et puis trois hirondelles,

 

Sur la balançoire, son petit chemisier de dentelle...

 

 

 

Jupons au vent, léger parfum de pimprenelle,

 

Cheveux en bataille, les ombres de la citadelle...

 

 

 

Ce soir,

 

tout doux, tout bas, fredonne la pucelle.

 


 

Demain,

 

qui sait, des amants en ribambelle...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Ecrire ! - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 16 juillet 2014 3 16 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H E L E N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Helene-et-Rene-Guy-Cadou-s.jpg

 

 

      Hélène et René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne voit pas

L’herbe grandir

 

La terre

Tourner

 

On ne voit Dieu

Dans son ciel

Et pourtant

La terre tourne

 

L’amour s’épanouit

Et Dieu existe

Dans le regard de l’homme

 

Plus vrai

Que le temps qui nous ronge.

 

 

 

Hélène Cadou 


1991

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte-d-identite-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Profession :

 

Poète et instituteur

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Hélène

 


Je t'atteindrai Hélène

À travers les prairies

À travers les matins de gel et de lumière

Sous la peau des vergers

Dans la cage de pierre

Où ton épaule fait son nid

 

Tu es de tous les jours

L'inquiète la dormante

Sur mes yeux

Tes deux mains sont des errantes

À ce front transparent

On reconnaît l'été

Et lorsqu'il me suffit de savoir ton passé

Les herbes les gibiers les fleuves me répondent

 

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille en tombant

Me rappelait ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

Et tu étais l'auberge

Aux portes des villages.

 


 

René Guy Cadou

  La vie rêvée

       1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Une courte biographie :

 

             Hop !

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Môrice Bénin

 

      chante un texte de

        René Guy Cadou


             " Hélène "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-bernerie.jpg

 

 

 

 

René photographie Hélène

 

à la Bernerie en Retz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène Cadou

 

poète et femme de René Guy Cadou

 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mariage-clermont-s.jpg

 

 

 

 

 

Le repas de mariage

 

à Clermont sur Loire

 

le 23 avril 1946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


        C'était lui...

 

 

 

 

C’était lui dans le vent glacé

 

Je vous dis qu’il vient de passer

 

C’est encore elle qui l’entraîne

 

Il faut me laisser m’en aller

 

 

 

Je ne vais pas me faire belle

 

Il ne se retournera pas

 

Elle a la douceur de la neige

 

Et sait mieux lui parler que moi

 

 

 

Mais laissez laissez-moi aller

 

Il est là de l’autre coté

 

Peut-être qu’il aurait bien froid

 

Dans une éternité sans moi !

 

 

 

 

           Hélène Cadou

 

        Le bonheur du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre-clisson-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Première rencontre à Clisson

 

le 17 juin 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te retourne pas

 

Le souvenir est devant toi

 

Car ce printemps est advenu

 

Comme d'une étoile écorchée

 

Dans la grande allée du royaume

 

À jamais perdu retrouvé

 

Douceur des larmes dans la chair

 

Enfance aiguë

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-rene-Germigny-des-pres-1948-s.jpg

 

 

 

Hélène et René

 

à Germigny les Prés

 

en 1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir

 

La nuit est bleue

 

Avec un parfum de girofle

 

Sous la pierre lente et chaude

 

Tu vas et viens

 

De ton cœur

 

Au jardin

 

Et le pouls des planètes

 

Pourrait cesser de battre

 

Sans que la peur

 

Ne soit nommée

 

Dans la douceur des choses.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


helene-rene-a-Louisfert-s.jpg

 

 


A Louisfert,

 

près de Châteaubriant

 

en Loire-Atlantique.

 

 

 



René Guy Cadou

 

y était instituteur

 

pendant la dernière partie de sa vie. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi

Dans une tour de soleil

 

Toi

Dans la terre

Avec mes ongles retournés

 

Toi

N'en déplaise aux loups

Qui cernent mon sommeil

 

Toi

Dans la mer

À la pelure fraîche lavée

Avec les mille doigts du bonheur

Avec le fuseau des heures enlacées

Avec les continents en dérive

 

Toi

Dans la chambre où je veille

Épaule contre ma joue

Fougère qui parle dans les vitres

Arbre du sang qui me dessine

 

Toi

À plein cœur à pleine voix

 

Toi

Dans les souvenirs à venir

Pour l'enfant que nous n'avons pas.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

musee-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A Louisfert

 

la salle de classe de René

 

est devenue musée.

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

Les photos publiées ici

 

proviennent de cette exposition.

 

 

Grand merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plumes-rene-guy-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 Les outils

 

 du maître d'école et du poète...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la place du ciel, je mettrai son visage.


Les oiseaux ne seront même pas étonnés...

 

Et, le jour se levant,

très haut dans ses prunelles,

on dira :

 

Le printemps est plus tôt cette année...

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les fruits merveilleux tintent sur son épaule.

Son sang est sur ma bouche une flûte enchantée.

Je lui donne le nom de ma première enfance,

de la première fleur et du premier été...

 

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu es dans un jardin et tu es sur mes lèvres.


Je ne sais quel oiseau t'imitera jamais.


Ce soir, je te confie mes mains

pour que tu dises à Dieu de s'en servir

pour des besognes bleues,

car tu es écoutée de l'ange...


Tes paroles ruissellent dans le vent

comme un bouquet de blé

 

Et les enfants du ciel, revenus de l'école

t'appréhendent avec des mines extasiées...


 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les itinérances de René Guy Cadou

 

en Loire Inférieure

 

( aujourd'hui Loire Atlantique )

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin

 

chante en public

 

" Hélène "

 

à Nantes

en mars 2014

dans le cadre du colloque


" René Guy et Hélène Cadou, poésie et éternité "


organisé par les Cahiers des Poètes de l'École de Rochefort-sur-Loire

et l'Université Permanente de Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Editions du Petit Véhicule

 

ont réalisé 3 CD

 

où Môrice Bénin chante Cadou

 

ainsi que de nombreux ouvrages autour 

 

du poète de l'Ecole de Rochefort


 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cahiers cadou s

 

 

 

      Editions du Petit Véhicule

 

2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

      Dans l'émission Ça rime à quoi ?

 

Luc Vidal évoque Cadou

 

 sur France Culture :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

  Cadou Poésie :


 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Loop et les Chics poètes de la Loire :


 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadou sur l'Orée :

 

Vers le Tome 1

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Créatrices / Créateurs - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 15 juillet 2014 2 15 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F E M M E S

 

 

 

 

 

 

 

 

      D U    M O N D E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      E l o g e   d e   l a   f é m i n i t é . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Erzso-Em-s.jpg

 

 

   Erzo Em

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna sépia s

 


 

 

Anna Marousi

       

Marousi, Grèce

 

 Stockolm, Suède

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  alejandra-chien-s.jpg

 

 

 

      Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  lamita-sepia-s.jpg

 

 

 

 

Lamita Mehreb



Beyrouth


Liban 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Alejandra-rousse-2-s.jpg

 

 

 

 

    Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  kelly-mac-profil-nb-s.jpg

 

 

 

 

Kelly Mac

 

Oran

 

Algérie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Shabnam-1-s-copie-1.jpg

 

 

 

Shabnam

 

Shiraz

 

Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ka-Chua-sepia.jpg

 

 

 

 

Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 mylene-c-sepia-s.jpg

 

 

 

      Mylene Clavicillas Redita

 

Manille

 

Philippines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  wassila-sepia-s.jpg

 

 

 

 Wassila

 

 Liban / Sénégal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  epaule-ka-sepia-s.jpg

 

 

 Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  dianna-s.jpg

 

 

 

 

 

Dianna Dea Corvova

 

 

San Fernando   Philippines 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                          à suivre...

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Rencontres - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 13 juillet 2014 7 13 /07 /Juil /2014 20:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rochefort-sur-Loire-s.jpg

 

 

La Loire à Rochefort sur Loire

 

Septembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Les amis de Rochefort

 

 

 

Le ciel et le grand air

La flamme du clocher dégagée du tonnerre

La place de l’église

Les pelouses du toit jonchées de pierres grises

Une table encombrée de feuillage et de mains

Pour chaque ami un lendemain

 

Ce soir encore ensemble

Dans mes yeux le rideau de ton regard qui tremble

 

Je voudrais tant rester cet hiver parmi vous

Le visage dans la mousse de vos genoux

 

Le vent n’efface pas le bruit de vos paroles

Je prends place dans vos poitrines sur ce môle

Où s’attarde déjà la nef de l’horizon

C’est votre sang qui donne une teinte aux saisons

 

Vogueurs de grands chemins

Négriers des villages

Les gibiers du soleil tiennent dans votre cage

Vous êtes à l’avant du monde les passeurs

Les rapides du soir empruntent votre cœur

 

Je vous regarde aller

Vous marchez bien quand même

C’est à travers vos pas la lumière que j’aime

Au-dessus des étangs le son de votre voix

Et je rejoins la nuit

Très tard

À contre-voie.


 

   René-Guy Cadou

    " La vie rêvée "

        Robert Laffont

             1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maison-d-ecole-cadou-s.jpg 

 

                                                                                      2013

 

 

 

 

" La Demeure René Guy Cadou "

 

 

Sa dernière maison d'école

à Louisfert

en Loire Atlantique 

est devenue musée en 1993.

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

René Guy Cadou

 

Clic !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Association Cadou-Poésie :


J.F. Jacques

21 Avenue Le Nôtre

92420 Vaucresson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rene-2-ans-s.jpg

 

                                         Source Demeure RG Cadou

 

 

 

René à 2 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Georges-Cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

Georges Cadou

son papa

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna-cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

 

Anna

Sa maman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 carte-postale-Cadou-s.jpg

       

                                                          Source Demeure RG Cadou

 

 

 

 

De Pornic,

René écrit une carte postale à sa maman


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  cadou-adulte-s.jpg

 

                                             Source Demeure RG Cadou

 

 

      René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  video-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ce dvd vient de sortir.

 

 

René Guy Cadou

ou 

Les visages de solitude

 

 

 

Un film d'Emilien Awada

Scénario Luc Vidal

 

52 mn

 

Disponible aux Editions du Petit Véhicule

 

Clic !

 

 


 

 

 

 

 

 

 

      * * *

 

 

 

 

 

 

 

 

          Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

 

 

- Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !

 

 

- Les rives de la Seine ont aussi leurs fleuristes...

 

 

- Mais pas assez tristes ! Oh ! Pas assez tristes !

 

      Je suis malade du vert des feuilles et des chevaux,

 

           Des servantes bousculées dans les remises du château...

 

 

- Mais les rues de Paris ont aussi leurs servantes !

 

 

- Que le diable tente ! que le diable tente !

 

     Mais moi seul dans la grande nuit mouillée,

 

        L’odeur des lys et la campagne agenouillée,

 

            Cette amère montée du sol qui m’environne,

 

                 Le désespoir et le bonheur de ne plaire à personne...

 

 

- Tu périras d’oubli et dévoré d’orgueil !

 

 

- Oui, mais l’odeur des lys !

 

                     La liberté des feuilles !

 

 

 

 

                                            René Guy Cadou

 


 

 

 

 

 

Paris :   Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         René Guy Cadou et les poètes bretons :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Rochefort sur Loire


 

 

 

Juillet comme un beau soir dans un jardin sablé

 

L'auberge, la fumée des quinquets de la gare

 

On n'a pas rétabli les deux ponts sur la Loire

 

Mais on a bien gardé celui de la mémoire


 

Et tu marches là-bas parmi les oseraies

 

Traînant derrière toi ton unique village

 

Ses faces de buveurs, ses chevaux, son clocher

 

L'ardoise du poète et l'absinthe sauvage

 

Qui nous attend sur le comptoir de l'amitié


 

Te souviens-tu de ta maison et du passeur

 

En cotte bleue et qui fumait des cigarettes

 

Mouillées, Te souviens-tu de Béhuard cette cloche

 

Qui nous battait le cœur comme une aile brisée


 

Le bruit vague de l'eau, la collégiale rose

 

D'un ciel qui se mourait de son immensité

 

Nous chantons sur la route et déjà se dessinent

 

Les bocaux jaune et vert de ta maison hantée


 

Emmène-moi dans la vallée vers la demeure

 

De Marie-Cécile en Saint-Aubin-de-Luigné

 

Que j'y retrouve et que j'y boive ma jeunesse

 

Fraîche et joyeuse dans un décor du Douanier...

 

 

 

 

 

                     René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helene-et-Jean-Francois-s.jpg 

 

 

             Etienne, Hélène et Jean-François

       à La Possonnière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène et Jean-François

ont mis en musique ce poème,

cher au coeur de tous les Angevins

et bien au-delà.


Ils le chantent un dimanche béni de mai 2013,

royalement installés sur leur bateau,

une très belle toue traditionnelle,

sur le port de la Possonnière en Anjou,

dans le cadre d'une très inspirée Fête de la Loire.

 

La Possonnière est à un souffle ( poétique ) de Rochefort sur Loire.


 

                Leur site :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Novembre 2012    

 

 

 

feuille-cadou-s.jpg

 

 

                                                             Anjou

                                                             Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Odeur des pluies de mon enfance

 

 

 

 

 

 


Odeur des pluies de mon enfance

 

Derniers soleils de la saison ! 


A sept ans, comme il faisait bon, 


Après d'ennuyeuses vacances,


Se retrouver dans sa maison ! 

 

 

 

 

 



La vieille classe de mon père,


Pleine de guêpes écrasées, 


Sentait l'encre, le bois, la craie


Et ces merveilleuses poussières 


Amassées par tout un été. 

 

 

 

 

 



Ô temps charmant des brumes douces, 


Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,


Le vent souffle sous le préau,


Mais je tiens entre paume et pouce 


 Une rouge pomme à couteau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vidéos de Fanny !    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Interview réalisée

dans l'ancienne salle de classe

de la Demeure René Guy Cadou

 

 

 

      Plusieurs vidéos s'enchaînent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plaque-Cadou-s.jpg

 

                                                                      Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai pris cette image l'automne dernier

 

au cours d'une jolie balade à pied

 

dans les vignes automnales

 

de St Aubin de Luigné, en Anjou,

 

tout au bord du Layon tranquille et silencieux

 

qui promenait nochalamment ses feuilles mortes,

 

à peine rousses encore...

 

 

 

 

 

Des cheminées simples et droites

au bord des toits d'ardoise

qui fument en plein après-midi de novembre,


un vieux monsieur à casquette,

qui fend son bois avec application dans sa remise,


un alambic qui brûle discrètement derrière une haie,


l'odeur forte de la râpe

en gros tas lie de vin

le long de l'ancienne voie ferrée...

 


 

 

 

 

 

 

  portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans les années 1940,

 

René Guy Cadou et ses amis poètes

 

de la toute jeune et encore inconnue " Ecole de Rochefort "

 

venaient régulièrement faire ripaille 

 

et écrire dans ces douces contrées ligériennes.

 

 

 

 

 


 

Pays de cocagne des vins du Layon,

de la noble Loire toute proche,

une lumière toujours pastel et vibrante,

le souvenir de l'ancien presque voisin

Joachim Du Bellay...


Son petit Liré n'est pas si loin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Une lampe naquit sous la mer

Un oiseau chanta

Alors dans un village reculé


Une petite fille se mit à écrire
Pour elle seule

Le plus beau poème.



Elle n'avait pas appris l'orthographe

Elle dessinait dans le sable

Des locomotives

Et des wagons pleins de soleil.



Elle affrontait les arbres gauchement

Avec des majuscules enlacées et des cœurs.


Elle ne disait rien de l'amour

Pour ne pas mentir

Et quand le soir descendait en elle

Par ses joues

Elle appelait son chien doucement

Et disait :


« Et maintenant cherche ta vie ».


              René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou est né en 1920 à Sainte-Reine-de-Bretagne,

en pays briéron, mort en 1951, à Louisfert,

non loin de Châteaubriant, en Loire-Atlantique.

 

René Guy Cadou a su, en l’espace d’une courte vie,

construire une des œuvres poétiques les plus importantes

du XXe siècle. 

 


C’est grâce à la rencontre, à Nantes,

du jeune libraire-poète Michel Manoll,

que René Guy Cadou, lycéen de seize ans, entre en poésie.

 

Dès l’année suivante, il publie son premier recueil de poèmes

 " Brancardiers de l’aube."


Devenu instituteur remplaçant,

il va errer, pendant cinq ans,

d’une école de village à une autre,

trouvant dans cette errance même

– autant physique qu’affective –

une puissante source d’inspiration. 

 


La rencontre, en 1943,

d’Hélène Laurent va faire du brillant disciple de Pierre Reverdy,

le grand poète inspiré que l’on connaît,

le poète d’ " Hélène ou le Règne végétal ",

livre qui constitue, sans nul doute,

un des sommets de la poésie amoureuse de langue française. 

 


Titularisé enfin,

René Guy Cadou s’installe avec Hélène

dans la maison d’école de Louisfert,

et c’est là qu’il écrira

dans les cinq années qui le séparent de sa mort,

ses derniers grands poèmes lyriques,

dont l’admirable " Ode à Serge Essenine."

 

 

Au reste, René Guy Cadou ne fut pas seulement poète,

comme le prouvent son autobiographie (partielle)

" Mon enfance est à tout le monde,"

son roman " La Maison d’été,"

les articles de critique littéraire

parus dans diverses revues et rassemblés plus tard

dans " Le Miroir d’Orphée,"

ainsi que son admirable

" Guillaume Apollinaire ou L’Artilleur de Metz."


 

          Source : Revue 303.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-Seyes-s.jpg

 

 

                                                                                               Sur le site suivant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Original :

 

Des petits poèmes en bandes dessinées !


 

               Cric !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et les chics poètes de la Loire :

 

                       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fleur rouge

 

 

 

A la place du ciel

Je mettrai son visage

Les oiseaux ne seront

Même pas étonnés

Et le jour se levant

Très haut dans ses prunelles

On dira le printemps

Est plus tôt cette année

 

Beaux yeux, belle saison

Vivier de lampes claires

Jardins qui reculez

Sans cesse l'horizon

On fait déjà les foins

Le long de ses paupières

Les animaux peureux

Viennent à la maison

 

La chambre est encombrée

De rivières sauvages

Dans le foyer s'envole

Une épaisse forêt

Et la route qui tient

En laisse les nuages

Traîne sa meute d'or

Jusque sous les volets

 

Tous les fruits merveilleux

Tintent sur son épaule

Son sang est sur ma bouche

Une flûte enchantée

Je lui donne le nom

De la première enfance

De la première fleur

Et du premier été

 

 

 

René Guy Cadou

 

" Hélène ou le règne végétal "

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      Hélène et René Guy Cadou


                                                                              Vers le Tome 2 :

 

 

                                                                          Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Mots des autres - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Dimanche 13 juillet 2014 7 13 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     F E M M E S    I R A N I E N N E S . . .

 

 

 

 

 

 

 زنان ایرانی

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E l o g e   d e   l a   f é m i n i t é    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Fahimeh-sepias-s.jpg

 

 

 

 

Fahimeh  Ghalandari

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mehr-ane-sepia-s.jpg

 

                                                                              

 

 

 

Mehr Ane

 

Mashhad 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  moha-clair-s.jpg

 

 

 

Mohadese

 

Téhéran

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 paya-sepia-s.jpg

 

 

 

 

Paya Saeedeh

 

Kermânshâh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shabnam 1 s

 

 

 

 

Shabnam

 

Entre Shiraz et Ispahan

 

1er avril 2014

 

 

 

Le secret des amandes :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sara sépia

 

 

 

 

 

Sara Irani

 

Téhéran / Kermânshâh 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  sara-q-Shiraz-s.jpg

 

 

 

 

Sara Qaribi

 

à Shiraz

 

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Maryam écrit s

 

 

 

 

Maryam

 

 Téhéran


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Atefeh-aux-grottes-s.jpg

 

 

 

 

Atefeh

 

aux grottes de Jahrom


 

Photo Mohamad Ezatpour

 

31 mars 2014 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 chador place de l'Imam s

 

 

 

Ispahan

 

27 mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shima-Ghane-s.jpg

 

 

 

 

Shima Ghane

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mihan-Tari-sepia-s.jpg

 

 

 

 

 

Mihan

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mansoure-2-femmes-s.jpg

 

 

 

 

 

Shima et Mansoure

 

Mashhad  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nafis-2-s.jpg

 

 

 

Cute smile    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Faranak sépia s

 

 

 

   Faranak Jafari Zade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Laya-shab-s.jpg

 

 

 

Laya

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  farnaz-2-sepia-s.jpg

 

 

Farnak

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ghazaleh-Pasargades-2-s.jpg

 

 

Ghazaleh

 

 Pasargades 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 sahar-pantheon-s.jpg

 

 

 

Sahar Samadian 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                      à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes du monde :

 

         Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran, tome 2 : 

 

          Clic !

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran, tome 3 :

 

          Hop !

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Eloge - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 9 juillet 2014 3 09 /07 /Juil /2014 11:10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    E N    I R A N

 

 

 

 

 

 لوپ در ایران

 

 

 

 

 

 

 

Tome 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18 mars / 2 avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nouvelles Lettres Persanes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

atefeh-voute-seyyed-s.jpg

 

 

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bleu-d-Ispahan-3-s.jpg

 

 

 

Au bazar d'Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

atefeh-Mosquee-Seyyed-s.jpg

 

 

 

Mosquée Seyed

 

Ispahan


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bleu-d-Ispahan-s-copie-1.jpg

 

 

 

Au bazar d'Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cascades-Ganj-Nameh-hamedan-s.jpg

 

 

 

      Les cascades de Ganj Namah

 

Hamedan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire-perse-550-av-JC.jpg

 

 

 

 

   L'Empire perse sous Darius 1er

 

à l'époque de Persépolis

 

500 av J.C.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carre-faience-Ispahan-s-copie-1.jpg

 

 

 

Au bazar d'Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fillette-2-kermanshah-s.jpg

 

 

 

A Kermânshâh

 

près du bazar aux fruits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fillette-dame-rue-s.jpg

 

 

A Kermânshâh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

enfants-bassin-hafez-s.jpg

 

 

 

Mausolée de Hafez

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gardiens-sarvestan-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

Les gardiens du site archéologique

 

 Sarvestan

 

Clic !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INBOX-3963.jpg

 

 

 

Mosquée Seyed

 

Ispahan


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-Haft-Sin.jpg

 

 

 

 

 

 

Table de fête !

 

 

Norouz à Kermânshâh...


 

Premier jour du Printemps...

 

Le Nouvel an persan !


 

On vient d'entrer, pour le calendrier iranien, en 1393 !

 

Les Haft Sîn...


 

20 mars 2014

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lustre-Malek-s.jpg

 

 

 

 

Musée Malek

 

Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

malek-miroir-laque-s.jpg

 

 

 

 

 

Couvercle en bois laqué d'un miroir

 

Musée Malek

 

Téhéran

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mashhad-au-musee-Malek-s.jpg

 

 

 

 

 

Un très grand cadre représentant un pélerinage

 

à Mashhad

 

Musée Malek 

 

Téhéran

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mosquee-kermanshah-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

La mosquée place Azadegan

 

Kermânshâh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oiseau-orange-hafez-s.jpg

 

 

 

 

Illustration de

 

Machiani / Isma'ilzadeh

 

d'un magnifique livre sur le poète

 

Hafez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Norouz-chez-ani.jpg

 

 

 

 

Une autre table de fête !

 

 

Norouz à Kermânshâh...

 

 

Les Haft Sîn...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

route-d-Ispahan-s.jpg

 

 

 

 

Les Monts Zagros

 

Sur la route vers le sud 

 

en direction d'

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

shiraz-traditionnelles-s.jpg

 

 

 

 

Palais Qâvam


 

Pour m'accueillir à Shiraz,

 

mes amies avaient revêtu

 

leurs magnifiques costumes traditionnels

 

des régions du Fârs et du Loristan !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vase-ispahan-s.jpg

 

 

 

Souvenir d'Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vida-guide-musee-teheran.jpg

 

 

 

 

Vida


 

notre précieuse guide en français

 

au Musée Archéologique de l'Iran

 

à Téhéran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vitrines-faiences-bleues-ispahan-s.jpg

 

 

 

Au bazar d'Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran :

 

 

 

 

 

Tome 1

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 2

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 3

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et la Poésie persane

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les histoires de Loop en fârsi :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Babel - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 juillet 2014 2 08 /07 /Juil /2014 18:49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 

L A    P O E S I E    P E R S A N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 لوپ و شعر فارسی

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mille ans de douceurs

 

parlées d'abord,

 

souvent couchées sur papier

 

  bien plus tard...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

shirin-et-khosrow-s.jpg

 

 

 

Shirin et Khosrow

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je lui dis :

 

" Oh ! J'aimerais encore deux baisers de tes lèvres...

 

Que ta grâce fasse reverdir l'herbe sèche !"

 

 

 

Elle répondit :

 

 

 

" Un seul te suffira,

 

car si tu en reçois deux, tout ira mal.

 

 

J'en ai souvent fait l'expérience :

 

 

Un seul de mes baisers insuffle la Vie nouvelle.

 

 

Or, jamais la Vie ne fut donnée deux fois à quelqu'un... "

 

 

 

 

 

 

Farrokhi


Poète persan du XIe siècle

originaire du Séistan

au sud est de l'Iran actuel


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la roseraie d'Iram,

 

la nuit dernière, l'air était très doux

 

et la chevelure des jacinthes

 

s'abandonnait à la brise de l'aube...

 

 

 

Hafiz


14e siècle

de Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

  fillette hafez s

 

 

 

 

  Le mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

le 29 mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne s’agit pas d’un lien fragile,

 

ni d’une simple étreinte

 

entre les pages froissées d'un cahier. 


 

Il s’agit du bonheur de mes cheveux

 

   brûlés sous les coquelicots de tes baisers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Foroogh-nb-2-s.png

 

 

 

 

 

 

 

Forough Farrokhzad

 

1935 / 1967


 

Hop !


 

 Clic !    et    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contemplant le désert, moi je ne vois que toi.

 

En regardant la mer, c’est toi que j’aperçois.

 

Aux quatre coins du monde,

 

par monts et par vaux,

 

partout ta silhouette unique, lumineuse et solitaire...

 

 

 

 

 

Bâbâ Tâher

 

 

A vécu au Xe siècle à Hamedan

 

 

 

Clic !


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mausolee-Baba-Taher.jpg

 

 

 

Le mausolée Bâbâ Tâher

 

Hamedan

 

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même si l'abri de ta nuit est peu sûr

 

Et ton but encore lointain

 

Sache qu'il n'existe pas de chemin sans terme.

 

 

Ne sois pas triste...

 

 

 

Hafiz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis tombé amoureux.

Mais la raison est venue vite me blâmer !


 

Celui qui s'assied en secret auprès d'une belle adorée

 

doit s'attendre à des reproches...


 

La rose à cent feuilles s'est épanouie

 

dans tout son éclat.

Pourquoi ?


 

Cette nuit,

 

quand l'objet aimé s'est assis près de Saadi,

 

ses soucis se sont aussitôt envolés.


 

Mais quand la belle fut prête à repartir,

 

Saadi en fut bouleversé...

 

 

 

 

 

Saadi

 

13e siècle

Né à Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mausolée Saadi 2 s

 

 

 

 

   Le mausolée de Saadi

 

Shiraz

 

le 29 mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans cesse

 

le parfum de tes cheveux m'enivre..


 

A chaque instant,

 

tes yeux magiques, tes yeux traîtres

 

me foudroient !


 

 

Mon Dieu,

 

quelle longue patience me faudra-t-il

 

pour voir venir la nuit


où enfin je pourrai allumer la chandelle

 

qui éclairera

 

les arcades de tes sourcils ?

 

 

 

Hafiz    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureux soit le cœur qui connaît la peine

 

Malheureux celui qui n’a pas la sienne

 

Au pays de l’amour,

 

la monnaie en cours porte l’effigie d’un roi,

 

le chagrin est sa reine...

 

 

 

Bâbâ Tâher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à l'esprit d'humanité,

 

le corps de l'homme devient noble.

 


Ce n'est pas le beau vêtement

 

qui démontre l'humanité.



Si l'être humain consiste uniquement

 

en œil, en bouche, en oreille et en nez,


en quoi diffère l'humanité

 

d'une peinture sur un mur ?



Manger, sommeil, courroux, désir, 

 

sont

 

 trouble, ignorance et ténèbres.



Un animal ne connaît rien de l'univers d'humanité.

 


Donc,

 

sois vraiment un être humain,


sinon ce seront les oiseaux

 

qui, en chantant,

 

s'exprimeront dans la langue de l'humanité...

 

 

 

Saadi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux premières couleurs de l’aube.

 

 


 

Je l’embrassai.

 

Son corps entier frissonna

 

Comme la branche d’amandier en fleurs sous le souffle du vent,

 

Comme la lune, comme l’étoile,

 

Qui scintille dans l’eau tremblante.

 

 

 

 Je l’embrassai.

 

 Son corps entier frissonna,

 

D’autres couleurs se posèrent sur ses joues,

 

D’autres couleurs illuminèrent son regard,

 

Et le soleil levant fut pris au piège de ses charmes.

 

Et après mille et une nuits, l’attente fut comblée.

 

Et moi, aux premières couleurs de l’aube,

 

J’ai couché avec l’Idée de l’Amour.

 

 

 

 

 

 

 

 partaw-s.jpg

 

 

 

 

Partaw Naderi

 

 

Né en 1952 dans le Badakhshan,

il est l'un des seuls poètes contemporains afghans

à être traduit dans différentes langues.


 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zâl regarda la belle à visage de lune.

 

 

Sur la terrasse du château,

 

cette féérique beauté s'avança vers lui.


 

Il la prit par la main

 

et la conduisit vers un appartement doré.


 

Ils entrèrent dans un salon digne d'un roi.

 

C'était un paradis éblouissant de lumière.

 

Tous les esclaves étaient là, debout,

 

bien rangés devant la belle.

 

 

Zâl, lui, admirait son visage,

 

ses cheveux, son éclatante beauté.

 

 

Son collier, ses bracelets, ses riches soieries,

 

ses boucles d'oreille, ses perles,

 

 avaient la magnificence d'un jardin

 

au plus beau des printemps.


 

Ses joues étaient comme deux tulipes dans un pré.

 

Les boucles de ses cheveux ondulaient... 

 

 

 

 

Firdousi

 

Autour de l'an 1000

Né dans un village près de Mashhad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai commis le péché, un péché succulent

 

Dans une étreinte aussi torride qu’un brasier !


 

J’ai commis le péché, enlacée par des bras,

 

  Des bras vengeurs, brûlants et durs comme l’acier...

 

 

 

 

 

 Forugh-Farrokhzad-nb-s.jpg

 

 

 

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'éphémère existence passe

 

comme l'eau dans la rivière,

 

comme le vent sur la plaine...


 

Je ne me suis jamais soucié d'hier.

 

Je ne me soucierai jamais de demain.

 

 

 

 

 

Omâr Khayyâm


1048 / 1131

Né à Nishapur, près de Mashhad 

 

 

      Clic !       et      Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie, sans serveuse et sans vin, ce n'est rien...

 

Sans les mélodies de la flûte, ce n'est rien...

 

Plus je regarde les choses d'ici,

 

A part les filles et le vin, il n'y a rien...

 

 

 

 

 

Omar Khayâm

 

 

Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un bouton de fleur avait caché son visage,

 

comme le font les femmes

 

  avec leur voile...



Mais soudain le vent s'est levé

 

 et a arraché l'étoffe :

 

" Fleur, montre-nous ta beauté ! "

 

 

 

 

Rûmî


 

13e siècle

Poète mystique

Né à Balkh,

il a vécu la plus grande partie de sa vie à Konya.

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Si vos yeux sont bien ouverts,


vous verrez des choses qui méritent le détour...

 

 

 

Rûmî

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie de l'âme.

 

 

 

Tombée du plus élevé des cieux,

 

Une colombe est en toi, noble et fière.


 

Nul voile ne la cache, et pourtant,

 

Nul regard, même d'initié, ne la voit...

 

 

 

 

Avicenne

 

 

980 / 1037

 

Boukhara / Hamedan

 

 

 

Clic !     et     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'amour est une mer,

 

mais la côte est hors de vue.

 

Alors, à quoi bon essayer de nager ?

 

 

Lorsque tu veux vivre intensément ton amour,

 

il faut accepter bien des souffrances !

 

 

Moi,

 

je me suis débattue comme un poulain sauvage

 

qui ne sait pas que

 

plus il tire, plus il serre ses entraves !



Ah ! Qu'à ton tour,

 

Dieu te fasse tomber amoureux

 

d'une cruelle au coeur de pierre,

 

toi qui es un cruel au coeur de pierre !


 

Qu'à ton tour,

 

tu goûtes à l'amour,

 

à ses brûlures et à ses souffrances !


 

Qu'à ton tour,

 

tu te tordes de douleur dans la solitude !

 

Et qu'enfin,

 

tu te rendes compte de ce que je valais !

 

 

 

 

 

Rabi'a de Balkh


 

Autour de l'an 1000


Peut-être la plus ancienne femme poète persane.

 On ne sait pratiquement rien de sa vie...

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand ma confiance était pendue

 

A la corde souple de la justice

 

Et que dans toute la ville

 

On morcelait les cœurs de mes lumières,

 

Quand l’on fermait les yeux enfantins de mon amour

 

Avec le bandeau noir de la loi

 

Et que des temps troublés de mes yeux

 

Jaillissait le sang

 

Et que dans ma vie,

 

Il n’y avait rien,

 

Rien que le tic-tac de l’horloge,

 

J’ai compris :


 

Il faut, il faut, il faut...

 

Que j’aime à la folie !

 

 

 

 

Forough Farokhzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* * *

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Beaucoup de ces poèmes sont extraits 

 

de cette anthologie précieuse

 

publiée en 1961.

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie persane s

 

                                                    Février 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Sur la quatrième de couverture :

 


 

 

 

L'Iran

trouve dans la poésie

le moyen d'expression le plus approprié à son génie.


Née il y a plus de 1000 ans dans le Khorasan,

la poésie persane s'est développée sans interruption

jusqu'à nos jours.


C'est dans le langage poétique

que les Iraniens ont exprimé leurs idées

les plus profondes.

 

Tout Iranien, s'il n'est pas poète,

sait goûter les vers.


Beaucoup de morceaux traduits dans ce présent volume

sont dans toutes les bouches

  et dans tous les coeurs...




Z. Safâ


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour,

 

viendra le temps où nous ne serons plus

 

 et où le monde sera encore...

 

 

Alors,

 

il ne restera de nous ni renommée,

 

  ni trace...

 

 

 

Omar Khayam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je suis le vagabond mystique

qu’on appelle “qalender”...

Je n’ai ni feu, ni lieu, nul point d’attache.


Le jour,

j’erre de par le monde,

et la nuit,

je m’endors une brique sous la tête…


Il n’y a point dans l’univers

de papillon aussi étourdi,

de fou aussi étrange que moi.


Les serpents et les fourmis ont tous un gîte.

Mais moi, pauvre de moi,

je n’ai pas même pas pour abri

  les murs d’une maison en ruines...

 

 

 

Bâbâ Tâher

 

 

Zoom !

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    " Caravansérail "

 

 

  Jasmine Sharzad


 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô dans mon esprit,

 

 

 


toujours le désir des femmes,

jolies comme des houris !

 

Ô dans ma main,

toute l'année,

le plaisir d'un bon verre de vin !


 

Tout le monde me dit :


" Omar, que Dieu t'envoie le repentir !"

 

Mais Dieu ne m'enverra rien,

je n'en ai pas besoin.


Que tout cela reste au loin !

 


 

Omar Khayam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Mon coeur à la fête "

 

Jasmine Sharzad

 

Clic ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Dans les jardins d'Avicenne "

 

 Jasmine Sharzad

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

 

ton âme de la mienne,

 

que ce que tu rêves,

 

je le sais...

 

 

 

Rûmî

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonus :

 

 

 

 

 

 

 Loop en Iran :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 


" Le Voyage en Iran "

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

" Ispahan "

 

Chic !

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Ecrire ! - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulipes-mots-doux-s.jpg

 

                                                                                         Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne l'éclat des joies et des chagrins,

des yeux qui regardent et voient,

qui embrassent et jouissent...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous disais que la main

j’allais mettre sur votre sein...
 

Le voulez-vous permettre ?

Ne fuyez pas sans parler !


Je vois bien, à vos regards,

que vous le voulez bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fragiles libellules bleues au sommet d'un jonc,

Un nénuphar bien ouvert et puis quelques grenouilles...

 

Pieds nus dans la rosée, une petite robe blanche...

Premiers soubresauts du désir, légère odeur de mouille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu vas nue,

constellée d'échardes

secrète, tiède et disponible,

attachée au sol indolent...

A te mordre,

les jours grandissent... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Je parle de toi, 

de tes seins 

à l’avant-garde des prairies,

de l’eau claire,

de tes seins endormis

et des rives qu’elle noie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été, l’hiver, je t’ai vue,

Dans ma maison, je t’ai vue,

Entre mes bras, je t’ai vue,

Dans mes rêves, je t’ai vue,

Je ne te quitterai plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime chaque jour

sous le soleil et la chandelle...

 

Je t'aime de tout mon souffle, 

 de tous mes rires, 

 de toutes les larmes de ma vie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la nuit,

les amoureux s'embrassent,

les étoiles en sont jalouses...

 

Car, sous leurs cils,

naissent de petites étincelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une perle plus grosse que les autres,

argentine et allongée,

luisait entre ses deux seins,

comme un croisssant de lune

entre deux nuages ronds...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est supplique de tous les dons,

des connaissances, des souvenirs,

des baisers vécus et rêvés,

la jouissance qui nous a saisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes doigts possèdent le secret de t'éveiller,

de t'épanouir,

de te perdre, avant de t'endormir,

comme un enfant dans la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chute de reins,

Chute du rêve enfantin d'être sage...

 

 

Fesses, trône adoré de l'impudeur,

Fesses dont la blancheur divinise encor la rondeur...


Seins, double mont d'azur et de lait,

Aux deux cimes brunes,

Commandant quel vallon, quel bois sacré ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le champ, sous la brise du soir, frissonnait.

 

Notre égoïsme, dans sa cachette,

oubliait le préjudice,

sacrifiant le blé au confort de notre amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime de ta voix,

de tes yeux, de tes seins,

et de ma vie à toi,

toi dont les desseins sont d'aimer

celui qui t'aime tant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jambes nues très haut,

la grandeur folie des yeux,

au fond de la gorge,

ce peu de voix pour des bas noirs,

bon gré, mal gré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tâtonnant toujours de tout son corps

vers l'oubli de la brûlure profonde,

sa bouche trouva la bouche de l'Indien...

 

Et elle ne se souvint plus d'aucune douleur.

 

Il leur restait, avant minuit,

trente minutes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis elle évoque,

en des remords sans accalmies,

ces temps où rayonnait, pure,

la jeune gloire de ses amours chantées en vers

que la mémoire de l’âme

va redire aux vierges endormies...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aimons gaîment
Et franchement

 

Aimons bien fort
Jusqu'à la mort

 

Aimons drûment
Et verdement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La double pêche de tes seins

dans la coupe de la journée...


Voici que ton ventre se lève

entre les branches du figuier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'arbre en arbre, feuille à feuille,

 

Pierre à pierre, eaux et flammes...

 

Ma main la tienne accueille,

 

Ta main la mienne accueille...


 

...Je t'aime !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'extase langoureuse,

 

 C'est la fatigue amoureuse,

 

 C'est tous les frissons des bois,

 

 Parmi l'étreinte des brises,

 

C'est, vers les ramures grises,

 

 Le coeur des petites voix....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton amour m'a appris à être triste...

 

Il y a longtemps que j'avais besoin

d'une femme qui me rende triste

 

D'une femme dans les bras de laquelle je puisse pleurer

comme un passereau

 

D'une femme qui rassemble tous mes morceaux

comme les pièces d'un cristal brisé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle portait une robe de foulard,

chiffonnée depuis qu’elle s’était assise.

 

Je ne pus m’empêcher d’imaginer les dessins

que le cannage imprime sur la peau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime pour toutes les femmes

que je n'ai pas connues,


Je t'aime pour tous les temps

où je n'ai pas vécu,


Pour l'odeur du grand large

et l'odeur du pain chaud...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les yeux des filles bienheureuses

qui s'avancent, 

 les seins touchant l'onde,

l'eau pure des ruisseaux

jusqu'à sentir dans leur corps et leur âme

sans conditions et sans limites

la montée acquise du plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mademoiselle mon coeur,

mise à nu dans la dentelle,

la bouche parfumée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

ton âme de la mienne,

que ce que tu rêves,

je le sais...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur des lits moelleux,

dans mes bras, tendrement,

tu faisais s'épanouir tous tes désirs...

 

Aux rites sacrés,

jamais nous ne manquions...

 

Nous n'étons absentes

 ni pour le bosquet sacré,

ni pour la danse,

ni pour la musique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Louÿs

Elizabeth Browning

Paul Eluard

Nizar Qabbani

Sapphô

Rûmî

Georges Bataille 

Andreas Embirikos

Raymond Radiguet

Alfred Jarry

René Guy Cadou

André Verdet 

Gustave Kahn

Emily Swindale

Ronsard 

Boris Vian

       Tüzes Balint

Maram al-Masri

Réné Char

Paul Verlaine

Louis Scutenaire

      Edmond Jabès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre...                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

Une précision importante :    Hop !                    

 

 

 



Les mots doux, tome 1 :    Clic !    

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Créatrices / Créateurs - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires

Waou ! Le blog de Pénéloop !


A l'Orée
         des peut-être...



 On m'a dit
     que tout était possible...

          Dois-je le croire ?


               Pénéloop
 

 

 

L'Orée, le livre cadeau !

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic ! 

 

Le divin coquin livre !

 

 

 

 

 

cage soakette s

 

 

La marguerite des Possibles !

 

Dring !

 

 

 

Magic potion !!!


    J'écoute
            en
                boucle...

 

 

Alan Stivell

Suite Sudarmoricaine

 

 

Qui ? Moi ?

.
Loop

 ( l'héroïne )



image-facebook-s.jpg

Pénélope Estrella-Paz

( l'auteure )




Sur facebook :


Mots d'Elles...



 
            " M'efforcer
           de déchiffrer
             vos secrets... "
    

             
    Khalil Gibran
                                " lettres d'amour "


                                 
drapeau-tibet-s.jpg


anti_

M'écrire ?

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !

Images Aléatoires

  • Lao 1 s
  • Ursin-1-s.jpg
  • Tahitienne-s.jpg
  • p-n--bono-s.jpg
  • ciel audio s
  • livre-cadeau-2-s
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés